GEOCACHING PHOTOS & CARTES VOYAGES LOGICIELS DIVERS
Costa Rica 2009
OpusTerra  >  Voyages  >  CR09

 

Au Volcan Arenal

Tout ça a commencé par un "Qu'est-ce qu'on fait avec ça? "suite à une idée quelque peu farfelue d'aller fêter simultanément les 55 ans d'OusKonNé (Luc-26 Février) et d'OpusTerra (Denis-1er Mars) dans ce magnifique pays. C'est ainsi qu'on s'est retrouvé ensemble là-bas pour un circuit en liberté (55!) d'une durée de deux semaines entre le 18 février et le 4 mars 2009.

 

Cet exceptionnel voyage dans le sud nous a permis de découvrir le pays à partir de 6 endroits principaux, soit:

 

  • San Jose, la capitale
  • Limon et Puerto Viejo sur la côte des Caraibes
  • Saripiqui, en pleine campagne
  • Arenal et son volcan
  • Monteverde et le CloudForest
  • Punta Leona sur la côte du Pacifique

 

 

 

Tous les quatre, nous avons voyagé à bord d'un Toyota Prado avec transmission manuelle 4WD qui a très bien fait sa job. Ça prend presque pas d'essence ce camion là et le litre de diesel coûte environ 1$CDN.  Quelque fois il a même fallu utiliser sa capacité 4WD car il y a beaucoup de variété dans l'état des routes du Costa Rica!

 

Le Costa Rica n'est pas encore très choyé du coté des géocaches. Il y en a à peine une cinquantaine et elles sont très disséminées à travers le pays ce qui fait qu'on n'aura pu en visiter qu'une vingtaine mais qui en valaient la peine. Cette carte Google Map contient l'itinéraire parcouru (plus de 1700km) avec les 21 géocaches visitées ainsi que quelques photos.

 

Tout au long de ce parcours, on se sentait bien en sécurité. Mis à part le tohu-bohu typique de la capitale San Jose, les routes sont peu bondées et les gens sont très sympathiques avec nous. On ne s'est jamais senti mal à l'aise en entrant dans un dépanneur ou dans un petit bar de tico. La qualité des routes est très variable. On a souvent roulé sur une simple route de terre à une voie toute remplie de trous avec un précipice comme accotement. D'autres fois, c'était une belle route à voies doubles bien asphaltées. Les ticos ne sont pas très respectueux des lignes doubles et ils dépassent autant qu'ils le peuvent. On roule parfois à 80km/h puis on réduit à 60 ou 40km/h en entrant dans un village et je vous dis que ça change vite! Faut surtout pas manquer les panneaux de signalisation car on a rencontré plusieurs patrouilles de police avec radar.

 

La bouffe n'est pas très épicée contrairement à ce que je m'attendais. Ça nous a pris un peu de temps à pouvoir lire un menu mais une fois qu'on a compris l'essentiel ça va. On a mangé presque tout le temps dans ce qu'ils nomment des Sodas. C'est une sorte de restaurant de bord de route à aire ouverte qui est surtout fréquenté par les ticos. C'est très propre et on y mange d'excellent Casado apprété de multiples  facons. Personnellement je préfère le Casado Pescados (avec Mahi Mahi) ou mieux encore le Casado Corvina. On peut s'en tirer pour 6$CDN avec une bonne cerveza Imperial. La salsa Lizano est la sauce typique du pays et on la met sur  pas mal tout ce que l'on mange matin midi et soir! Je m'en suis d'ailleurs rapporté comme souvenir pour les papilles. J'ai aussi découvert là bas le Ceviche Tilapia. Humm ... very good! Un superbe délice citronné de poisson frais!  Le ceviche est « cuit » dans le jus de citron et servi froid. Je suis d'ailleurs en train d'expérimenter différentes recettes et j'afficherai la meilleure quand elle sera approuvée par BellaTerra!

 

Pour ce qui est de la monnaie, disons qu'on avait reçu toute sorte de suggestions avant de partir mais c'est là-bas qu'on a vraiment compris comment s'y prendre. Le mieux est de simplement payer avec une carte de crédit. On a eu quelques problèmes avec une carte Visa à puce car leur terminaux n'acceptent pas encore un NIP à 5 digits comme au Canada mais ça allait quand il s'agissait seulement d'utiliser la bande magnétique. Le taux de change utilisé aura alors été en moyenne de 430 colones pour 1 dollar CDN. Pour vous donner une idée de la valeur du colones disons qu'une cerveza coute souvent 1000 colones achetée dans un soda mais vous payerez 3600 colones pour un six pack si acheté dans un dépanneur ou un megasuper. Il est mieux d'avoir  toujours sur soi des colones et la façon la plus simple de s'en procurer est d'aller dans un Cajero Automatico de la Banco Costa Rica. C'est le nom qu'ils donnent aux guichets automatiques (ATM) et  on en retrouve à peu près partout au pays. On retirait 50000 colones pour un coût de 114CDN plus 3$ de frais bancaires. On avait apporté du US$ mais on ne s'en est presque pas servi.

 

 

Et maintenant quelques faits saillants du voyage!

 

Le vol a duré environ 5:30 et s'est très bien passé. Comme on est arrivé à notre hôtel vers les 19:30 avec tout ce qu'il y avait à faire en arrivant à l'aéroport et ensuite au service de location d'auto, on n'a pas vraiment vu la ville mais le choc y était: il faisait tout simplement chaud! Le lendemain matin, en quittant San Jose pour Limon, on a vécu l'heure de pointe. On était bien content d'avoir une carte à jour dans notre GPS! On s'est quand même arrêté à la cache SJO question de signifier géocachiquement notre arrivée au Costa Rica. Une nano pour commencer! Ouais, c'est ça la ville!

 

Le premier matin près de San Jose

 

Il y a eu beaucoup de dépaysement en chemin comme d'avoir notre premier lunch dans un soda et d'aller simplement s'acheter des bouteilles d'eau et d'autres victuailles dans une épicerie typique. Comme on circule à plus de 1400 m d'altitude en quittant San Jose, la vue des montagnes est fantastique. On s'en ira ensuite en descendant jusqu'à atteindre pratiquement le zéro mètre une fois rendu au bord de la mer des Caraïbes. Question de bien ressentir l'exotisme des lieux dès notre première journée, on a tenté une expédition vers la cache Two Rivers. Pour s'y rendre, on a suivi un agréable sentier dans la jungle pour se rendre compte qu'il fallait le quitter et crapahuter pour atteindre le lit d'une rivière rocailleuse qu'on devait ensuite suivre jusqu'au PZ! Wow! Quel trajet initiatique! Malheureusement cette cache sera notre première DNF du voyage tel que raconté ici.

 

Première excursion Quel bel arbre! En chemin vers la cache.

Un étalage exotique Un sympathique watchie man! En arrivant près de Limon

 

La découverte de la côte des Caraïbes s'est faite sous un déluge presque constant! Heureusement que la pluie est chaude et qu'elle n'empêche pas d'avoir du plaisir. La visite de la cache Tranquilo aura été une première superbe occasion de marcher le long de la plage. Puis on est allé passer l'après-midi à flâner dans le pittoresque village de Puerto Viejo. Parmi les bonnes adresses de Puerto Viejo, il y a le resto Amimodo (N9 39.531 W82 45.049) pour sa délicieuse pizza à croute mince et le Sunrise, rendez-vous des backpackers (N9 39.393 W82 45.278). Le lendemain matin, on est allé marcher au parc Cahuita où on a pu voir un Paresseux en quasi-action. Quand il bouge c'est comme s'il faisait du tai-chi!

 

En voulez-vous des bananes! Viva el geocaching on the beach! Une rafraichissante agua de pipas

Puis on reprend la route en direction de Sarapiqui où on sera hébergé au Los Sueño Azul. Un extraordinaire domaine, on ne peut plus tranquille, sis en pleine campagne loin de tout. Très zen comme endroit! On profitera de l'endroit pour faire une randonnée à cheval jusqu'à des cascades loin au fond de la jungle. Un des moments excitants de cette étape aura sans doute été lors de notre arrivée au domaine où il nous a fallu traverser avec notre véhicule un pont vraiment très rudimentaire. On pensait jamais que ça se pouvait! Il n'y a pas beaucoup de resto dans ce coin de pays mais je vous recommande fortement ce Tica Linda (N10 20.568 W83 57.286) où ils ont probablement le meilleur Ceviche Tilapia de tout le Costa Rica!

 

Bien équipé avec nos véritables batons de marche en bambou! Une baignade bien méritée!

Prochaine étape: le volcan Arenal! On aurait bien voulu faire un détour pour aller voir le volcan Poas mais la route est encore interdite suite aux tremblements de terre de février dernier. On va donc poursuivre simplement notre chemin en direction de La Fortuna. La route est belle et les paysages sont merveilleux, que demander de mieux! À notre arrivée, le temps est brumeux et on peut à peine distinguer ce fameux attrait régional. On s'installe à notre hôtel puis on part à la découverte de la région. On passera devant le chic et dispendieux Tabacon et ses sources d'eau chaude ainsi que le moindre Baldi Thermae puis on se rendra jusqu'à la géocache Monster Tree où on aura l'agréable surprise de trouver une véritable ammo box! En chemin, on croisera une famille de coatis qui déambulait sur le bord de la route. C'est un petit animal très peu farouche, presque domestique. Pour souper, on ira manger au resto-bar Chelas pas bien loin de La Fortuna (N10 28.282 W84 39.029). Très typico comme endroit!

 

Arenal et son lac

 

On débute la journée suivante en se rendant au Arenal National Park où on fera une bonne excursion de près de 7 km qui nous amènera à contourner le volcan à sa base et à passer sur une énorme coulée de lave datant de 1992. C'est tout simplement spectaculaire comme endroit. On aura même la chance d'entendre quelques roulements de rochers en provenance du volcan. Wow! Le site nous inspire OusKonNé et moi et on se plait à imaginer une EarthCache à cet endroit. Au retour de voyage, on tentera de finaliser cette idée.

 

Sentier à vos risques. BellaTerra dans les hautes herbes La montagne vivante

Au retour de cette randonnée, on s'arrête à l'épicerie dans le but de ramasser de la bouffe et du vin pour se faire un petit souper tranquille entre amis sur le balcon de notre chambre. Fromages fins, charcuterie et pâtés ne sont pas faciles à trouver et le choix est assez limité. On réussira quand même à trouver de quoi nous rassasier amplement! Avant de partir en voyage, j'avais entendu parler d'un endroit secret et assez romantique où on pouvait aller se baigner gratuitement dans une source d'eau chaude. On n'a malheureusement pas pu trouver cet endroit en cette journée mais le lendemain matin en quittant la région, on a enfin trouvé ce super endroit secret!


Puis on se met en chemin pour Monteverde. Au début, on circule le long d'une route sinueuse qui longe le lac Arenal et on entre ensuite dans les terres en direction de Tilaran. Tout au long de ce séjour au Costa Rica, on a vu beaucoup de Cabina qui m'ont fait penser à nos motels du Québec. Leur coût alors affiché se situait autour de 25$ à 50$ la nuit.


En chemin vers Monteverde. En chemin vers Monteverde. Arc-En-Ciel sur Monteverde

Monteverde, c'est la contrée du "CloudForest". En effet, on est en hauteur à près de 1400m et la brume des nuages est continuellement présente ce qui crée de magnifiques arc-en-ciel presque constamment. La température se situe autour de 16°C alors faut s'habiller! Le jour de la fête de Luc, on s'est rendu au Selvatura Park pour vivre une aventure excitante (vidéo) dans les incroyables Zip Lines et ensuite terminer par une tranquille randonnée sur les ponts du  Sky Walk. Chaudement recommandé comme activité! On finira la journée en allant souper au célèbre Tree House de Santa Helena. Le lendemain, avant de quitter pour la côte Pacifique, on se rendra visiter la géocache GC1MKFC située à plus de 1880m! Quelle excursion! J'ai rarement eu les pieds aussi pleins de boue! Regardez ce petit vidéo sur Youtube dans lequel l'ami Luc est la vedette!


Les aventuriers du Canopy. L'arret de bus de Monteverde. Des belles fleurs aux couleurs franches.

En chemin vers Punta Leona près de Jaco sur la côte Pacifique, on n'a pas manqué d'observer la présence de superbes paysages montagneux qui vont d'une crête ennuagée à une vallée asséchée par le soleil. Le chemin de terre (vidéo) qui nous mène vers la côte est aussi très très pittoresque à emprunter. Après plusieurs jours au frais dans la CloudForest, le choc aura été de débarquer de l'auto pour aller luncher dans un Tica Linda: il faisait près de 34°C. Ça finit bien les vacances! On a pas manqué aussi d'aller observer les crocodiles au pont de la rivière Tacoles. Ils sont vraiment gigantesques et très actifs.


Vue vers la péninsule de Guanacaste Un habitant de la rivière Tacoles Coucher de soleil sur le pacifique.

Les jours suivants ont été dignes de la dolce farniente! On s'est fait dorer au soleil mais on est aussi allé à la chasse aux géocaches situées le long du littoral. Cela nous a permis de découvrir de nombreuses plages et villages qui auraient sans doutes passés inaperçus sans cela. Quand on avait chaud, on allait simplement se baigner! Quelque fois, l'eau était même trop chaude pour nous rafraîchir réellement! Évidemment, la visite du parc Manuel Antonio est un incontournable et les randonnées qu'offrent ce parc nous ont amené à plusieurs points de vue incomparables sur la mer. Pour se rendre à ce parc, on traverse des champs de palmiers qui s'étendent à perte de vue. 


Playa Herradura. En chemin vers Monteverde. Playa Esterillos Oeste

En voyant qu'on manquerait de temps pour aller visiter certaines géocaches extraordinairement  situées sur le sommet d'une certaine montagne surplombant la vallée de San Jose, on a décidé de faire un aller-retour spécialement pour cette excursion. Un trajet auto qui nous a pris environ 1,5 heure pour se rendre. Ce fût une autre bonne occasion de ressentir l'exotisme du pays avant le retour au Québec.


Playa Escondido - Parc Manuel Antonio. Délicieux jus de mangues en chemin vers San Jose La cruz de Aranjuela au dessus de San Jose




Arenal et son lac

Et vive la Pura Vida!